Assemblée Générale annuelle du CCIC du 27 juin 2013

cropped-Screen-shot-2013-04-27-at-06.51.22.pngLe Centre catholique international de coopération avec l’UNESCO (CCIC) a réaffirmé son engagement auprès de l’UNESCO. L’assemblée générale a voulu en rendre compte.

I – Dans sa présentation du bilan de l’année 2012, la présidente du CCIC a remercié le Conseil d’administration et l’assemblée de l’effort accompli pour réajuster les objectifs et adapter les moyens d’un organisme dont la présence et la parole ont du sens et de la valeur à l’UNESCO. A travers le CCIC, les OING membres n’ayant pas de statut officiel à l’UNESCO, peuvent témoigner, avec d’autres, d’une présence chrétienne de terrain sur les grandes priorités de cette organisation internationale : les jeunes, l’Afrique, la pauvreté et la paix.

Dans ce sens, l’assemblée générale a adopté à l’unanimité les comptes de l’exercice 2012, et les projets de budget de 2013 et 2014. Le CCIC, maintenant 100% bénévole, offre, grâce à l’effort exceptionnel effectué par la cellule « Recherche de fonds », des perspectives encourageantes pour 2013 et 2014. Elles font état d’un retour à l’équilibre en 2014, lorsque les dispositions adoptées pour maintenir les recettes 2014 au niveau 2013etréduire les dépenses auront atteint leur plein effet.  En outre, le nouveau site Internet du CCIC, outil indispensable, est mis en place. Il est opérationnel depuis le 1° juin.

II – Le CCIC dispose maintenant des moyens d’agir pour témoigner d’une présence d’Eglise à l’UNESCO et informer les OING pour faciliter leur action.

Les engagements pour les deux années qui viennent sont significatifs. L’assemblée a encouragé la participation active du CCIC aux différents groupes de travail temporaires récemment mis en place par le comité de liaison ONG-UNESCO pour préparer des événements UNESCO. Des représentants du CCIC et des ONG sont déjà inscrits dans les groupes préparatoires des quatre forums (Education de qualité pour une citoyenneté mondiale, rôle des femmes dans la lutte contre la pauvreté, l’eau, les femmes et les jeunes, rôle des jeunes dans la sauvegarde du patrimoine culturel et immatériel) et des cinq journées internationales prévus dans les deux années qui viennent (journées de l’alphabétisation, de la paix, des migrants, du refus de la misère et des droits de l’homme).

Le CCIC avec son statut officiel auprès de l’UNESCO, peut jouer un rôle de facilitateur et de coordination entre les ONG membres. L’UNESCO privilégie les opérateurs de terrain. Les OING qui participent à ces groupes de travail peuvent ainsi alimenter dans leur propre intérêt, la réflexion qui y est menée.  Le nouveau site Internet du CCIC permet de travailler en temps réel par la diffusion de comptes rendus réguliers des représentants des ONG. Des réunions de concertation régulières au CCIC fixent, si nécessaire, les priorités communes à présenter à l’UNESCO.

Dans le cadre du 20e anniversaire de la journée internationale des familles le 15 mai 2014, à l’ONU, le CCIC prépare un projet événementiel concernant la famille sur le thème de « la transmission ». Il devrait réunir des partenaires catholiques et non catholiques. Il restera un sujet transversal par rapport aux priorités de l’UNESCO.

III – Enfin, le CCIC doit libérer en fin d’année les locaux, 5 rue Cler, qu’il occupe depuis sa création.  Un important travail de tri et de réduction de plus de 60 années d’archives a débuté. Un grand chantier  sera lancé au mois de septembre avec des bénévoles et le conseil d’experts dont le CCIC a un urgent besoin. Un appel a été lancé dans ce sens.

La présidente a exprimé publiquement l’expression de sa reconnaissance et de celle du CCIC auprès de la congrégation des sœurs de la charité de Saint-Vincent-de-Paul pour son accueil et son attachement à trouver une solution de remplacement acceptable par le CCIC, et à proximité de l’UNESCO. 

La prochaine rencontre des représentants des OING chrétiennes – consultants du CCIC, aura lieu   le 3 octobre 14h30, 5 rue Cler.