« Quels objectifs d’éducation pour les citoyens du monde de demain ? La qualité suffit-elle ? »

FORUM ONG-UNESCO

« Quels objectifs d’éducation pour les citoyens du monde de demain ?

La qualité suffit-elle ? »

Paris, Lundi 23 septembre 2013écoliers 280 X 165

Premier Forum des ONG en partenariat officiel avec l’UNESCO, organisé par le Comité de Liaison ONG/UNESCO dont le CCIC fait partie, il a valeur de test dans le cadre de la nouvelle organisation de l’UNESCO dans son travail avec la société civile.  Ce forum vise à encourager les actions concrètes sur le terrain dans les secteurs de la compétence de l’UNESCO et, en priorité, l’éducation. L’éducation est un droit qui initie au respect de l’autre et à la solidarité. Elle aide à relever les défis et à apprendre à devenir « citoyen ».

Ce forum a rassemblé divers spécialistes de l’éducation et des représentants des  Etats pour mener, à partir des travaux passés, une réflexion commune en vue d’une action concertée pour 2015 « Nous sommes des héritiers et des penseurs d’avenir pour une éducation permanente : apprendre à faire, apprendre à vivre ensemble ».

L’éducation pour tous est un Objectif du Millénaire pour le Développement. Il n’y a pas d’éducation sans culture. Et si l’éducation est pour tout homme et pour tout l’homme, Apprendre à être, à faire et à vivre et donner un sens aux mots et aux formules sont des objectifs communs à toutes les cultures. 

 

Rappel des priorités de l’UNESCO  en matière d’éducation :

L’UNESCO a été créé pour être un laboratoire de l’humanité, un lieu de rencontre et d’échanges des idées pour une coopération d’actions en réseau.

L’UNESCO s’est attaché à promouvoir : la formation des enseignants, la lutte contre l’analphabétisme, la planification de l’enseignement par les Etats Membres, puis un peu plus tard, l’éducation et la santé (sans se limiter au Sida/Mst), le Développement durable et le Changement Climatique.

Pour aujourd’hui et pour l’avenir :

A travers les différentes interventions et les réactions de la salle, le forum a permis de retenir les points qui devraient servir de guide dans les actions reconnues par l’UNESCO :

– L’Education pour tous, dès la petite enfance et pour toute la vie. Le travail d’élaboration d’une économie de l’éducation prend peu de temps. Il en faut plus pour la mettre en œuvre. Mais son implication sur les mentalités est une œuvre de longue haleine. Le forum réaffirme la nécessité de poursuivre la planification renforcée de l’éducation au plan national. Six priorités sont retenues :

– l’alphabétisation

– la formation des enseignants

– l’enseignement technique et la préparation à un métier

– l’éducation de crise après une catastrophe naturelle ou une guerre

– l’égalité en matière d’éducation pour les filles et les femmes (genre), et pour les handicapés

– le maintien d’une priorité pour l’Afrique et notamment l’Afrique sub-saharienne.

 

Les grandes orientations citoyennes du monde de demain peuvent se résumer à :

– la parité dans l’éducation des femmes

– l’éducation à la Paix

– l’apprentissage au « vivre ensemble », notamment dans la diversité culturelle,

– la valeur retrouvée de la solidarité, y compris dans la transmission du savoir

– L’importance de l’école pour permettre de trouver le sens de la vie

 

L’adolescence en difficulté :

Le forum a évoqué cette problématique. Les adolescents sont confrontés à trois environnements clés entre lesquels ils n’ont plus de liens : la famille, l’école et la « rue des copains ». En général ce dernier secteur devient prépondérant voire exclusif de leur vie. Ou bien les autorités publiques, aidées des ONG réussissent à reconstruire ce lien et l’adolescent peut repartir, ou bien chaque secteur s’enferme dans son autonomie (et le plus souvent l’école) et c’est souvent l’enfermement de l’adolescent dans l’échec et la violence. De plus, les adolescents sont confrontés à des situations nouvelles et notamment à l’absence de perspectives d’avenir définies, d’où la nécessité d’une formation à l’adaptation de ces situations inattendues et à la mobilité géographique et sociétale. Enfin, la nécessité d’éduquer aux excès incontrôlés de l’internet, a été considérée comme une priorité (5 milliards d’habitants de la planète sur 7 auraient accès à une connexion internet).

Cette problématique, présentée par un éducateur français Jean-Marie Petitclerc, semble pouvoir dans sa plus grande part, inspirer des réponses aux difficultés rencontrées dans la plupart des régions du monde.

Les perspectives d’avenir pour l’après 2015,

« Chaque fois que l’on permet à un enfant de mettre des couleurs sur un mot, on fait reculer la violence »  Jean Bosco. Cette phrase engendre des perspectives enrichissantes :

1)      Avoir une école qui permette l’adaptabilité plus que l’adaptation,

2)      Avoir une école qui développe la mobilité, une école qui nécessite de se mettre en chemin,

3)      Eduquer à la diversité culturelle. La différence est un enrichissement,

4)      Transmettre du sens.

 

          Le plan stratégique 2014-2015 pour l’éducation et les priorités collectives des ONG sur l’ordre du jour post-2015 se trouvent sur le site de l’UNESCO : www.ngo.unesco.net  – (Comité de liaison ONG UNESCO – Activités – Forum)

          Deux rapports importants méritent d’être revisité au regard d’aujourd’hui : tension entre traditions et modernité, entre économie et culturel, etc. : celui d’Edgard FAURE à la Conférence internationale de l‘éducation 1977 et celui de la Commission internationale sur l’éducation pour le XXI° siècle présenté à l’UNESCOpar Jacques DELOR.

                                      Rédacteurs : Marie-Christine LATTES et Denis CHAIGNE