Une Table Ronde pour la paix à l’UNESCO

Prélude à la célébration attendue de la Journée Internationale de la paix du 21 septembre, placée cette année sous le signe du « Droit des peuples à la paix », une Table Ronde s’est tenue à l’UNESCO le 19 septembre dernier, dont le thème « Paroles de paix » s’est articulé autour de trois axes : comment œuvrer pour le droit des peuples à la paix ; une paix universelle par la culture, le dialogue des civilisations et l’exercice des droits des peuples à la paix ; la culture de paix par une approche pluridisciplinaire. _D5A0293

C’est devant une salle comble que Christina Von Furstenberg 1 (notre photo), a prononcé les mots d’ouverture appelant à « la solidarité intellectuelle et morale de l’humanité en faveur de la paix », et rappelé que « la fonction de base de l’UNESCO est de construire les compétences interculturelles pour la paix ».

A sa suite, Patrick Gallaud 2, a souligné « le rôle de la société civile pour instaurer et consolider les bases d’une paix durable », avant de laisser la parole aux intervenants :

  • Samia Zayani, Chercheuse, Forum des Sciences Sociales Appliquées, Université de Tunis

  • Andrea Gisselle Burbano Fuertes, Experte en relations internationales

  • Michel Bibot, Délégué général du réseau mondial des Maires pour la paix

  • Mme Daoudal, mère d’un jeune autiste

  • Eugénie Dossa-Quenum, Ligue Internationale des Femmes pour la paix et la Liberté (LIFPL)

  • Brutus Augustin Jaykumar, Directeur et fondateur de l’Intercultural Network for development and Peace (INDP) en Inde, Membre du comité international de l’AEIP

  • Michèle Olivain, Administratrice du Conseil français des associations pour les droits de l’enfant (COFRADE), Représentante de la convention internationale sur les droits de l’enfant (CIDE), Représentante à l’UNESCO des Enseignants pour la Paix » (EPP).

Réunir à la même tribune autant d’expériences dans des domaines et sous des horizons aussi larges a été l’un des paris réussis de cette table ronde. Au passage, on aura appris avec intérêt que la « Ligue Internationale de Femmes pour la paix et la liberté » – qui fêtera ses 100 ans en avril prochain à la Haye (Pays Bas) – s’est réunie pour la première fois en congrès en pleine guerre mondiale, en 1915, décidant de continuer son action en se constituant « Comité international de femmes pour une paix permanente ». Ou que le Réseau Interculturel pour le Développement et la Paix, créé en 1999, qui conduit ses actions dans les quatre Etats du sud de l’Inde auprès des populations les plus marginalisées, tribus et intouchables, a mis la préoccupation environnementale au cœur de chacun de ses projets.

 A la suit_D5A0339e des exposés, de nombreux auditeurs ont posé des questions auxquelles les orateurs ont apporté des précisions dans le temps trop court qui leur était imparti avant la projection de « Paroles de marionnettes », un film présenté par son réalisateur, Claude Yvans, dont les vedettes au service de la paix sont des enfants et leurs amis pantins du monde entier. Les mots de la fin sont revenus à l’invité d’honneur, Hubert Reeves (notre photo). Évoquant le courage de Stanislas Petrov, l’officier soviétique qui évita au monde une déflagration nucléaire en 1983, l’astrophysicien franco-canadien conclut : «  Nous sommes une espèce qui pourrait disparaître. La puissance de notre intelligence nous menace. Il faut en revoir l’utilisation et élargir l’humanisme à notre intégration dans la nature ».

 Enfin, éloge de la différence, quatre-vingt quatorze choristes associant les chanteurs autistes de Vives voix et l’Ensemble Calliopée dirigés de main de maître par Catherine Boni, ont donné un concert de toute beauté sur des opus de Mozart, Gounod, Verdi ainsi que des compositions de Fabrice Gregorutti et Stéphane Leach.

 Comment, devant le recueillement du public en symbiose avec la musique, ne pas évoquer le tweet du pape François du 6 septembre 2013 : « La paix est un bien qui dépasse toute barrière parce qu’elle est un bien de toute l’humanité » ?

_____________________________

1 Coordinatrice du Programme pour une culture de la paix, de la non-violence et du dialogue interculturel, Secteur des sciences sociales et humaines (UNESCO)

2 Président de la Conférence internationale des ONG (Comité de Liaison ONG-UNESCO)

 

Décès d'Anne-Marie Audic à Paris le 6 août 2014

une messe à l’intention d’Anne-Marie Audic,
présidée par Monseigneur Philippe Bordeyne Recteur de l’ICP
sera célébrée le jeudi 23 octobre à 17h
en l’église Saint Joseph des Carmes,
70 rue de Vaugirard à Paris

-§-

Mademoiselle Anne-Marie Audic

Docteur en sciences de l’éducation,
Enseignante honoraire de l’Institut catholique de Paris,
Chevalier dans l’ordre des Palmes académiques.
Déléguée de l’OMAEC près l’UNESCO et le CCIC

Anne Marie Audic nous a quittés le jour de la fête de la Transfiguration de Jésus Christ.
Saisie comme les disciples présents ce jour où  la voix du Père leur a révélé la vraie nature de son Fils, elle a consacré sa vie à Le révéler à son tour.
En rejoignant le Père Faure, elle a choisi pour ce faire la pédagogie qui permet à toute personne  d’être debout selon le dessein de Dieu.
Le CCIC perd un membre avisé de son Conseil d’Administration et une amie.
Toujours présente elle a contribué avec générosité, humilité et clairvoyance aux différents travaux du Centre. Connaissant bien l’UNESCO, ses interventions intelligentes et constructives témoignaient de sa spiritualité et de sa passion pour la pédagogie personnalisée.

21 e Session du Comité International de Bioéthique UNESCO

uniapac

Résumé des discussions tenues lors de la 21e Session du Comité International de Bioéthique à l’UNESCO à Paris du 9 au 10 Septembre 2014 dernier :

La 21e session du Comité International de Bioéthique (CIB) en liaison avec le Comité Intergouvernemental de Bioéthique (CGIB) a traité principalement 2 thèmes :

 

  • Thème 1 : L’élaboration du principe de partage des bienfaits tel que défini à l’article 15 de la Déclaration universelle sur la bioéthique et les droits de l’homme de 2005 :

Sur ce thème, les questions ont porté principalement sur :

    • Le partage des bienfaits dans les pays en voie de développement,
    • Les sources de connaissances sont-elles un bien public universel ou non ?
    • Comment partager les bienfaits dans le domaine de la recherche ? Qui doit en être bénéficiaire ?
    • Quels liens doivent être établis avec les services de santé et l’industrie pharmaceutique ?
    • Et enfin, comment prendre en compte la dignité et la vulnérabilité de la personne humaine dans ce partage ?
  • Thème 2 : Le projet d’actualiser la réflexion sur le génome humain et les droits de l’homme :

Trois problématiques sont à approfondir :

    • Des tests sont directement accessibles aux consommateurs en libre accès, mais cela se heurte au conflit entre le souhait de savoir et la capacité de fournir à ceux-ci des données compréhensibles,
    • Le clonage en soi et le transfert nucléaire pour éviter des maladies mitochondriales doit être discuté, compte tenu des implications bioéthiques du clonage humain,
    • Enfin, l’entrée dans une médecine personnalisée sur ce thème doit être accompagnée d’une réglementation de la protection des données.

Marc Toillier représentant UNIAPAC auprès UNESCO / Septembre 2014/

Contact : marc.toillier007@orange.fr

Le CCIC aux côtés des chrétiens d’Orient

Le CCIC aux côtés des chrétiens d’Orient

La question d’Orient a longtemps été source de tensions et de débats diplomatiques; le Proche Orient est aujourd’hui, à nouveau, sur la sellette, avec les persécutions et les spoliations dont sont victimes désormais, pour leur appartenance religieuse, les chrétiens de la région, notamment en Irak.

Les agissements perpétrés par des milices se réclamant de la guerre sainte ont été depuis dénoncés dans les chancelleries mais aussi par les représentations des grandes religions, y compris la religion musulmane.

Le CCIC a déjà exprimé à la directrice générale de l’Unesco sa préoccupation et son soutien aux personnes persécutées et entend utiliser tous les moyens en vigueur pour dépasser la simple résignation silencieuse et agir dans le sens de la paix.

C’est l’occasion de rappeler le rôle de veille et de protection du Rapporteur spécial sur la liberté de religion ou de conviction près le conseil des droits de l’homme qui peut être utilement saisi, sur le fondement de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, pour le plus strict respect de la liberté religieuse, partout dans le monde.

 

NEWS ESTIVALES

Le site du CCIC est actuellement en cours de redéfinition pour présenter aux internautes un produit en rapport avec leurs légitimes exigences qui sont aussi celles des administrateurs.

Le déménagement du siège – autrefois rue Cler à PARIS – a prioritairement et largement occupé les membres bénévoles durant la période estivale. La reprise rapide des activités du CCIC, dès à présent, est due largement à leur dévouement, apprécié et salué comme il se doit.

Désormais établi 67 rue de SÈVRES 75006 PARIS, en plein cœur du quartier SÈVRES-BABYLONE, le siège du CCIC dispose de locaux modernes et fonctionnels, avec mise à disposition de matériel et d’une salle de réunion. Il est opérationnel dès à présent.

La rentrée va coïncider avec la journée UNESCO du 8 SEPTEMBRE sur l’alphabétisation et l’éducation tout au long de la vie , journée qui sera l’occasion d’un compte rendu sur le site.

-§-

Notre été a, aussi, été meurtrier pour le CCIC qui a vu partir notre amie Anne Marie AUDIC, collaboratrice de toujours de notre ONG.

Docteur en sciences de l’éducation, enseignante honoraire de l’Institut Catholique de PARIS mais surtout femme de conviction, altruiste et généreuse, elle a mené un combat inlassable pour les valeurs qui la portaient.

Pour son militantisme inlassable au service des élèves comme des enseignants, elle avait reçu les palmes académiques.

Une délégation du CCIC, conduite par sa Présidente, l’a accompagnée à sa dernière demeure le mardi 12 août 2014.

Nous ne l’oublions pas.

Colloque du mouvement des Focolari à l’ICP à Paris

logo-foco-280Dans le cadre des célébrations des soixante ans de présence du mouvement des Focolari en France, le CCIC a été invité au colloque « L’apport des Focolari dans l’Eglise et dans la société » organisé le mercredi 4 juin dernier en partenariat avec l’Institut Catholique de Paris.

La spiritualité de ce mouvement est marquée par l’appel évangélique à l’unité : « Père, que tous soient un » (Jn 17,21)

A cette occasion, Christine Roche, présidente du CCIC, a adressé aux responsables de ce mouvement en France un message de félicitations pour l’action déterminante menée par les Focolari pour jeter des ponts entre les pays, les générations, les cultures et les peuples et pour contribuer à la réalisation de l’unité dans le monde.

http://focolari.fr/

Assemblée générale 2014 du CCIC

 rue de Sèvres bureaux CCIC

La prochaine assemblée générale du CCIC

aura lieu jeudi 12 juin 2014 à 16h,

dans ses nouveaux locaux

Salle Saint Vincent,

67 rue de Sèvres 75006 PARIS.

Accueil Louise de Marillac,

Ordre du jour

  • Présentation du rapport moral 2013 et du rapport financier
  • Présentation de la dynamique engagée depuis janvier au service de la Parole au sein de l’UNESCO et perspectives 2014-2015
  • Renouvellement du Conseil d’administration

L’inauguration du nouveau siège et la visite du nouveau bureau auront lieu à l’issue de l’Assemblée générale. Cocktail

 

 

 

Pentecôte 2014 : « Heureux les artisans de paix »(Mt 5,9)

 

Il y a 70 anChristine Roche Présidentes le monde cheminait douloureusement vers la paix, après l’abomination vécue de la guerre. Grâce à la volonté d’hommes de paix, à leur travail acharné, les moyens ont été peu à peu mis en œuvre. L’UNESCO en fut l’un des fruits,chargée de promouvoir la paix dans le monde via la valorisation de l’éducation, des sciences sociales et humaines, de la culture, de la communication et de l’information

Le CCIC s’associe étroitement à toute action qui œuvre pour la paix dans le monde, celle des cœurs et la paix par les actes. C’est pourquoi lors de notre assemblée générale de juin nous réaffirmons l’importance d’un de nos ateliers de recherche : « l’éducation au dialogue entre les cultures et les religions », une priorité tant de fois abordée, tant de fois délaissée par les organisations internationales.

Une invocation à la paix : nous nous réjouissons particulièrement de l’invitation du pape François aux présidents Shimon Peres et Mahmoud Abbas à venir prier dans sa maison, au Vatican, le jour de la Pentecôte. Voir honorer cette invitation et se réaliser cette prière commune, marque une foi profonde de ces hommes en l’aboutissement d’une immense espérance malgré les difficultés et les risques d’impasses. « Construire la paix est difficile, a dit le pape François dans son invitation, mais vivre sans paix est un tourment. Tous les hommes et toutes les femmes de cette Terre et du monde entier nous demandent de porter devant Dieu leur aspiration ardente à la paix. Tous – spécialement ceux qui sont placés au service de leur peuple – nous avons le devoir de nous faire instruments et artisans de paix, avant tout dans la prière. »

Cet acte courageux et inspiré posé par le Pape François, la force qu’il génère nous encouragent dans nos initiatives et notre action pour être présence et parole chrétiennes au sein de l’UNESCO.

Christine Roche