« Éducation à la citoyenneté mondiale : conditions propices et perspectives »

À l’occasion du lancement de la publication de l’UNESCO « Éducation à la citoyenneté  mondiale : préparer les apprenants aux défis du XXIe siècle », un débat a été organisé, à la Maison de l’UNESCO vendredi 16 mai 2014, par le secteur de l’éducation et la Délégation permanente de l’Autriche auprès de l’UNESCO en partenariat avec les Délégations permanentes de la Colombie, du Kenya, de la Mongolie, République de Corée et de la Tunisie sur

« Éducation à la citoyenneté mondiale : conditions propices et perspectives »

Leeducation à la citoyennetés déclarations ont porté sur :

      Le droit à l’éducation inscrit dans la convention sur les droits de l’homme,

      La promotion de la paix dans le respect de la diversité culturelle. Attitude essentielle dans le cadre de la mondialisation,

      Le respect du développement durable

      Le besoin d’éthique commune pour une éducation fondée sur des principes universels.

L’éducation consiste à apprendre à être, apprendre à vivre ensemble et apprendre à connaître. Elle crée les conditions propices à la mise en œuvre d’une citoyenneté mondiale dont les jeunes seront porteurs. Ces jeunes représentent 40% de la population mondiale. Ils sont mobiles, informés grâce aux médias, connectés avec ce qui se passe dans le monde grâce à internet. Beaucoup sont prêts à s’engager.

Cette matinée s’est terminée autour d’un buffet offert par la délégation d’Autriche.

Marie-Christine LATTES

Premier forum sur la maîtrise des médias et de l’information

Le 1er forum  sur la maîtrise des médias et de l’information a eu lieu les 27 et 28 mai à l’UNESCO. Ce forum était organisé par la Commission européenne, l’UNESCO, le cabinet de communication et éducation et le projet EMEDUS dans le cadre du « Global Alliance for Partnerships on Media and Information Literacy (GAPMIL).

Il a réuni des experts, des professeurs, des professionnels des médias, des autorités de l’audiovisuel et des chercheurs. 

L’objectif visé étaiteuropean Information double :

      proposer des recommandations pour inclure l’instruction aux médias dans le programme des écoles européennes,

      favoriser les initiatives dans le champ de l’instruction informelle pour les groupes défavorisés.

L’instruction aux médias développe l’esprit critique et une pratique sociale pour être capable d’évaluer l’information et suivre les tendances. Elle favorise l’accès à l’information pour tous, développe l’éducation citoyenne et la paix dans le monde,

Un public nouveau apparait depuis peu entre les acteurs du numérique qui sont des créateurs et les utilisateurs. Les jeunes sont à la fois producteurs et consommateurs.  Ils présentent des convergences entre ces deux attitudes qu’il est nécessaire de « protéger » contre les dérapages.

Les médias informent mais ne favorisent pas la résolution des problèmes universels tels que la pauvreté et le chômage.                                                                                                        

Enfin, il conviendrait d’établir une passerelle entre la culture dispensée à l’école et celle dispensée à la maison.

Des recommandations ont été réunies dans une déclaration commune encore à l’état de projet. Elles demandent de faire pression sur les gouvernements pour mettre en place une autorité de régulation. La diffusion  d’un rapport annuel sur l’évaluation des résultats des programmes proposés alimentera le débat public.

Marie-Christine LATTES

colloque du 15 mai 2014

Ouverture colloque
Ouverture du Colloque

colloque 15 mai 2014 grande sallePréparé depuis plusieurs mois, à l’initiative de Françoise Meauzé, le Colloque  « Famille, patrimoine mondial de l’humanité ? » s’est tenu le 15 mai dernier dans les très beaux locaux de la Mutuelle Saint Christophe à Paris. Ses objectifs ont été largement atteints grâce à une assemblée très participante, des intervenants aux réflexions profondes et des ONG de terrain au plus près des enjeux. La date du Colloque était très symbolique comme l’a rappelé la présidente, Christine Roche : le vingtième anniversaire de la proclamation de l’Année Internationale de la Famille.

Intervenants table ronde 1Dans ce cadre, le secrétariat général de l’ONU invitait les ONG à présenter des recommandations. Le CCIC s’est saisi de cette opportunité pour proposer une réflexion collective, remplissant ainsi sa mission de lien inter ONG et de facilitateur de débats. Vincent Neymon, consultant en stratégie de communication a animé cette journée qui a permis des échanges constructifs, une écoute pleine de respect, un public chaleureux dans un lieu accueillant. Ils ont contribué à la réussite du Colloque dont nous vous proposons quelques photos avant un compte rendu et le texte des recommandations que les participants sont invités à amender ou à approuver sans réserve !

Le CCIC est heureux de vous inviter à rencontrer Augustin Brutus

Le CCIC est heureux de vous inviter à rencontrer

Augustin Brutus, président fondateur de l’ONG

INDP, Intercultural Network for Developpement and Peace

active au sud de l’Inde, au Tamil Nadu autour de Pondichery.

Le mercredi 2 avril 2014 de 18h à  20h

Maman et nourrisson Inde7 rue de Poitiers 75007 Paris

 

 « INDP »,  Intercultural Network for Development and Peace,  a été fondé il y a plus de 10 ans par Augustin Brutus, entrepreneur social franco indien. L’ ONG implantée en Inde du Sud, conduit des programmes de développement holistique pour les populations vivant sous le seuil de pauvreté.  A travers la culture, la formation et l’éducation à l’environnement, ce sont à la fois la dignité des familles et les savoirs faire locaux qui sont placés au cœur des actions de solidarité et de justice. 

 

Centre Catholique International de Coopération avec l’UNESCO

9, rue Cler – F-75007 Paris – http://www.ccic-unesco.org

mail: infos@ccic-unesco.org  Tél : 33 (0)1.47.05.17.59

Education, sport et diversité culturelle : de nouvelles attitudes pour promouvoir les droits humains dans le monde

affiche forum 6 mars6 MARS 2014 : FORUM UNESCO: Education, sport et diversité culturelle : de nouvelles attitudes pour promouvoir les droits humains dans le monde

Salle 1, maison  de l’UNESCO à Paris : près d’un millier de jeunes venus de nombreux pays étaient invités à présenter des actions sur le terrain, et notamment dans le domaine du sport, de développement et de promotion des droits humains dans le monde en vue de construire la Paix.

Sur scène différents groupes de jeunes  (Equateur, Ghana, Haïti, Inde, Italie, Madagascar, Mexique, Maroc, Paraguay, Togo),  ont exposé par des vidéo, des groupes musicaux, leurs actions en vue de développer le sens de l’équipe dans le sport, les écoles de la rue, la mobilisation des jeunes et des femmes dans la gestion de l’eau au Mexique, en Equateur, au Maroc . . . . .l’éducation à la vie citoyenne des jeunes par le football (Juventus-Italie) . . . .

Patrick Gallaud, président du Comité de Liaison ONG-UNESCO, Eric Falt, sous-Directeur général des relations extérieures Unesco, Arnaldo Rivero Fuxa , président du Comité Intergouvernemental pour l’éducation physique et le sport (CIGEPS), Andrea Agnelli, président de la « Juventus Football Club », Geneviève Garrigos, présidente d’Amnesty International France, se sont efforcés de montrer comment l’objectif de l’Unesco, agence de l’ONU, de promouvoir la Paix dans le Monde à partir de l’Education, la Science et la Culture, avait un lien avec la promotion du sport auprès des jeunes. En effet, le sport est un facteur d’éducation à la discipline, au respect de l’autre et des réglementations sportives qui se trouvent en lien direct avec le respect des droits de l’Homme. Il convient  d’accompagner les jeunes au regard des mutations du monde actuel, en luttant contre la violence, la drogue et le chômage, le racisme,  pour construire un monde plus juste, respectueux du droit et de l’égalité de traitement à l’égard des femmes. Les jeunes doivent être partenaires de ces actions et le sport est un vecteur essentiel de cette éducation.

Ces thèmes ont été abondamment développés durant la première partie de ce forum ainsi que le rappel des grandes priorités de l’Unesco : 2014-2021 : la jeunesse ; 2013-2022 décennie du rapprochement des cultures.

Ce forum a indiscutablement mobilisé une assistance fournie de jeunes, en vue de promouvoir les objectifs de Paix dans le Monde. Nous pouvons cependant regretter, dans les propos de tribune, et notamment de la part de la représentante d’Amnesty International,  un certain nombre de thèmes du « prêt à penser » de la Paix, dont on peut se demander, dans la situation actuelle des conflits, s’il suffit de s’indigner et de dénoncer « avec courage » les inégalités et les injustices dont il convient de faire table rase pour que le monde soit enfin dans la Paix . . . . Voilà un thème de réflexion pour le CCIC et ses Membres ! N’oublions pas, comme le dit le Pape François, que l’Eglise, n’est pas une ONG de plus et que son message de respect et d’amour de l’autre est plus que jamais d’actualité.

Denis CHAIGNE

Des commentaires :

Rodrigo Whitelaw,  UNIAPAC

Ravi d’assister à cet évènement et de constater l’effervescence de jeunes et leur intérêt par des expériences si diverses. Les projets présentés étaient très intéressants et montraient une diversité culturelle et d’approches autour du respect des droits de l’Homme, la migration, la lutte contre le racisme, la diversité culturelle dans le milieu sportif, etc. J’ai bien aimé la présentation en français de Andrea Agnelli, président du club de football la Juventus de Turin ainsi que son projet en Responsabilité Sociétale des Entreprises au sein du club.  Lutilisation de nouvelles technologies qui a motivé les jeunes à participer activement via twitter. Je suis sorti de ce forum avec un sentiment d’optimisme dans les nouvelles générations et d’admiration pour le travail  des organisateurs.

 Patrick Gallaud, président du Comité de Liaison ONG-UNESCO

Madame Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, qui a reçu les membres du Comité de liaison le 7 mars au matin, s’est réjouie de cet événement qui a fait venir à l’UNESCO un nouveau public en vue de le sensibiliser à la promotion des droits de l’Homme. Mais comme ce fut avant tout un travail d’équipe, c’est à vous tous que j’adresse ces remerciements et ces compliments. Je pense à tous les représentants d’ONG qui, depuis plus de deux ans, ont construit mois après mois cette journée, de même qu’à tous ceux qui nous ont rejoints lors de la dernière année, associations de prévention, municipalités, universités …

D’ores et déjà, vous pouvez retrouver, sur le site du Comité de liaison, une vidéo réalisée par le service de presse de l’UNESCO. Par ailleurs, vous trouverez sur notre page Facebook près de 200 photographies de la journée. Il vous suffit de cliquer sur l’article correspondant à « At UNESCO Headquarters 6 March… » : cliquer alors sur la photo qui apparaît pour avoir accès aux autres photos.

Réunion des Consultants du CCIC du 16 janvier 2014

Réunion des Consultants du CCIC du 16 janvier 2014

« Le rôle du CCIC est d’être présence et parole chrétiennes à l’Unesco comme au dehors », telle est la définition de notre mission » a rappelé, en début de rencontre,  la présidente Christine Roche devant une assemblée nombreuse et attentive. « Cette parole est un plaidoyer pour l’Homme, pour tout homme, pour tous les hommes. »

Deux sujets ont éconsultants et christine 16 janvier DSC00335[1]té abordés : celui concernant le projet du CCIC de célébrer le vingtième anniversaire de la déclaration de l’ONU sur la famillepromulguée en 1994 (AIF +20) et l’information sur l’UNESCO apportée par Madame Sabina Colombo, chef de la Section des organisations non gouvernementales à la Division des commissions nationales et de la société civile de l’UNESCO.

En fin de rencontre quatre groupes de travail ont confirmé leur mise en place : Education, Sciences et Sciences Sociales et Humaines, Culture, Communication et Information. Ils correspondent aux priorités de l’UNESCO. Leurs conclusions seront présentées au comité de liaison ONG-UESCO

I – Présentation du projet AIF+ 20 – 15 Mai 2014

Présentée par Françoise Meauzé (FAFCE) chef de projet, la célébration du 20° anniversaire de la  Journée internationale de la Famille (AIF + 20) est une opportunité à saisir après les contributions du CCIC tant à New York qu’à Paris en 1994 et en 2004.

Elle aura lieu le 15 mai prochain, dans les locaux de la Mutuelle Saint Christophe, 277 rue Saint Jacques  Paris 75005. Son titre développera le thème de la Famille comme « forme de coopération sociale ordinaire ». Il ouvrira la réflexion des participants à la réalité du monde actuel et les interrogations engendrées.

Famille : de Cellule de Base de la Société à Patrimoine Mondial de l’humanité ?

1994/2014 Vingt ans après, quels défis ?

 

La rencontre abordera deux des trois thématiques proposées par le Secrétariat général de l’ONU en 2011, la grande pauvreté entraînant une exclusion sociale des familles et le vieillissement des populations et son influence sur la vie des familles.

Des recommandations issues des  travaux de cette journée voudraient contribuer à la réflexion générale pour le service de la « cellule de base de la société » qu’est la Famille. Un certain nombre d’ONG représentées à cette réunion de consultants, ainsi que des Associations amies ou apparentées se sont engagés dans la préparation de cet événement.

             Françoise Meauzé  a invité les membres du CCIC à participer au projet notamment ceux qui possèdent des « sections » orientées vers la jeunesse et à relayer largement l’information. Des espaces sont prévus pour que les mouvements organisent un stand où ils puissent se présenter aux participants. 

Les membres du CCIC devraient pouvoir enrichir par leurs interventions à la rencontre/colloque, les recommandations retenues adressées au Secrétariat Général  de l’ONU et assurer une large divulgation.

 

II- Intervention de Madame Sabina Colombo, chef de la Section des organisations non gouvernementales à la Division des commissions nationales et de la société civile.

 

Madame Colombo a apporté  une information actualisée sur le fonctionnement de l’UNESCO et ses différents secteurs, sur les priorités à envisager et les bonnes pratiques à mettre en œuvre  pour une collaboration efficace des ONG au profit des grands programmes de l’UNESCO.

 

II-1) La 37ème  Conférence généralede l’UNESCOa décidé d’une stratégie à moyen terme (8 ans).  Elle a adopté  le programme pour 4 ans (cf 37/C5) et le budget pour 2 ans à la demande des Etats Membres. Madame Colombo a souligné la réduction du budget annuel qui se limite à 507 millions $ en diminution de 146 millions $. Cette décision modifie les actions initialement prévues. Deux priorités sont confirmées pour les 8 ans à venir : l’égalité des genres et l’Afrique.La jeunesse et l’Education pour tous tout au long de la vie restent des thèmes prioritaires dans les programmes de participation.

 

Confronté à une réduction importante de son budget et un souci de décentralisation en termes d’organisation et de réalisation sur le terrain. L’UNESCO  s’est engagé dans une restructuration importante avec réduction de personnels, redistribution des affectations et départ de certains ADG du siège.

Cette décision modifie la coopération de l’UNESCO avec les ONG. Elle sera dorénavant,  soit bilatérale (ONG particulière et UNESCO avec mise en œuvre de programmes conjoints) soit collective (Comité de liaison ONG/UNESCO).

L’organisation va développer les établissements de terrain et décentraliser des bureaux, notamment en Afrique. La manière de travailler de l’UNESCO, notamment avec les ONG va, donc, subir de profondes transformations au cours des deux prochaines années. Il faudra s’adapter et savoir changer d’interlocuteurs et de services. Mais l’activité continuera, a insisté madame Colombo. Les  ONG et leurs actions devront  fortement s’appuyer sur les bureaux décentralisés. 50% des budgets sont des budgets de terrain.

Le site internet de l’UNESCO, donne des informations sur la stratégie globale des partenariats.

II-2) D’autres priorités semblent se dégager dans la restructuration :

La culture : c’est un grand défi  pour le monde d’aujourd’hui, patrimoine matériel et immatériel, mobilisation pour inclure la culture comme élément essentiel pour le développement  dans l’Agenda post 2015

Les sciences : l’eau, les océans ont une place prépondérante pour promouvoir le développement durable. Favoriser le développement des politiques nationales

Les sciences sociales : en déclin depuis 2 ans, mais réveil en Amérique Latine. Une priorité pour l’Inclusion Sociale et la bioéthique.

La communication : sous l’influence des pays du nord : priorité pour « la liberté d’expression et la société des savoirs ».

En fin d’intervention, madame Colombo a rappelé l’importance des documents 37/C5 et 37/C4 qui contiennent les textes de référence pour les programmes votés.

III – Travail interne au CCIC

L’intervention de madame Colombo confirme le travail des consultants du CCIC avec la constitution de 4 groupes (Education, Sciences et Sciences Sociales et Humaines, Culture, Communication et Information) et la réflexion qu’ils ont commencé à mener.

Les groupes  « Education » et « Sciencessciences humaines et sociales » réunissant chacun une dizaine de personnes lancent au début du mois de mars, un atelier de recherche. Les groupes « Culture » et « Communication, information »  sont en cours de formation. La prochaine réunion de consultants fournira un premier bilan et leur permettra de poursuivre les échanges.

 Hubert de Quercize

    Membre du CA

Quel avenir pour le CCIC ?

Quel avenir pour le CCIC ? Une réflexion et des actions.

Après s’être remis sur les rails, le CCIC libéré de ces principaux soucis financiers, a voulu se donner les moyens de se projeter dans l’avenir et décider des actions à mettre en œuvre pour le court et moyen terme. Le 6 février dernier a eu lieu, une journée de séminaire pour son Conseil d’administration élargi, pour l’occasion, à plusieurs invités. Plutôt que d’aborder d’emblée la réflexion et le travail devant aboutir à des décisions concrètes d’avenir, cette journée s’est présentée comme « une halte spirituelle » tant il est vrai que notre centre voudrait se placer résolument sous le regard d’un Dieu qui aime l’homme.

Face au monde dans lequel nous vivons, nous percevons la difficulté du christianisme à être perçu tel qu’il est dans la société actuelle et à témoigner de sa foi par une présence et une action, sans se laisser dévier. Cette situation nous pousse à aimer de plus en plus ce monde en croissance et à participer à son évolution, en étant habités d’une Présence. L’UNESCO est notre lieu privilégié.

Conduit par le Père Hugues Derycke, prêtre de la mission de France, chargé de mission à l’ESSEC et membre du CCIC, la matinée a été consacrée à partager nos raisons de notre engagement dans la mission du CCIC, partenaire de l’UNESCO. Les expériences que nous avons vécues apportent beaucoup de joies à travers le choc des cultures. Nous n’en minimisons pas les difficultés. Elles nous obligent à exister dans le respect des points de vue des autres, sans chercher à s’imposer. Cet engagement transforme notre regard sur le monde. Le commentaire de texte de l’évangile selon Saint Matthieu au chapitre 15 sur l’assurance respectueuse et la foi de la « cananéenne » a contribué  à l’approfondissement de la réflexion et précédée la participation de tout le groupe à la célébration de l’Eucharistie.

L’après-midi a permis de mesurer le travail accompli à travers les actions, les événements et les réalisations effectuées depuis deux ans. Les décisions prises doivent préparer l’avenir d’un Centre aux multiples richesses que favorisent le nombre et la diversité de ses membres : dans un premier temps, coller la mission et l’engagement du CCIC aux évolutions de l’UNESCO, lancer une véritable politique de recrutement de bénévoles compétents et disponibles et initier une stratégie de communication adaptée au monde actuel et à la démarche de l’UNESCO ; dans un deuxième temps, élargir la porte d’entrée à de nouveaux membres chrétiens pour être plus qu’un réseau d’ONG. Dans l’immédiat la priorité va à la « journée famille » organisée le 15 mai dans les locaux de… et le déménagement du CCIC rue de Sèvres.

A côté des multiples autres organisations internationales, le CCIC est une présence et une parole chrétiennes à l’UNESCO. Cette parole est un plaidoyer pour l’Homme, pour tout homme et pour tous les hommes.

Hubert de Quercize

membre du CA