Conférence mondiale des Humanités – août 2017 – Liège (Belgique)

Réunion d’information sur la prochaine
Conférence mondiale des Humanités
« défis et responsabilités pour une planète en transition »
(du 6 au 12 août 2017 à
Liège)


Cette seconde réunion permet de mieux montrer l’ambition d’un événement co-organisé par l’UNESCO (le MOST), le CIPSH (Conseil international de la Philosophie et des Sciences Humaines) et les Pouvoirs publics belges ainsi que l’université de Liège.

Le projet se précise : sur les sept journées sont prévus de nombreux symposiums (plus de 80) et toute une série de tables rondes qui traiteront leurs thèmes autour de six axes : l’environnement, l’identité, migrations et frontières, patrimoines matériels et immatériels, histoire et mémoire, et les approches en matière d’éducation et de recherche.

1800 participants sont attendus, venant de tous les horizons, sans exclusive. Cette rencontre n’est pas conçue comme un entre soi universitaire. Y seront conviés des artistes, des politiques, des représentants d’association, des acteurs de la culture…

150 communications ont déjà été produites, pour aider à l’élaboration détaillée du programme des événements, plusieurs rencontres régionales se sont déjà tenues qui visent précisément à déjà engager les réflexions.

Sur chacun des six thèmes deux à trois key note speakers se sont déjà portés candidats.

L’objectif des organisateurs a été clairement rappelé : il ne s’agit pas de parler des « humanités » comme complément d’autres matières enseignées qui, elles, seraient le cœur de l’éducation (« les sciences dures »). Il s’agit au contraire de redonner toutes sa place à ce que recouvrent « les Humanités » en montrant à quel point, elles doivent être présentes autrement que comme des matières spécialisées, et certainement pas comme étant de seconde importance par rapport, par exemple, aux sujets scientifiques ou économiques. On a rappelé qu’elles traitent de la dimension de l’homme dans son essence, et méritent à ce titre qu’on leur accorde une juste attention, tout particulièrement de nos jours, dans notre monde en pleine transition – notre Planète pour reprendre l’intitulé de la conférence – un monde devant faire face à de grands défis.

Parmi les problématiques qui seront évoquées, on aura relevé : le rôle du secteur privé, tout ce qui a trait à la tolérance et à l’inclusion, l’égalité Homme Femme…  mais les thèmes choisis donneront lieu certainement à bien d’autres débats. Fin février devraient être connus les sujets que traiteront les tables rondes.

De même qu’une grande attention a été apportée à la préparation de la conférence, les organisateurs entendent poursuivre l’effort de promotion des Humanités au-delà de l’événement en tant que tel. Ils attendent une suite, et, avec l’UNESCO pleinement d’accord en cela, ils se proposent de pouvoir vérifier que les conclusions de la Conférence aient des retombées effectives au niveau des pays, avec un rôle, que l’on espère positif, des décideurs publics.

Les délégations qui se sont exprimées ont toutes salué le projet présenté. Le Mali (dont l’un de ses anciens ministres de l’éducation a été inspirateur de cette conférence mondiale) a élaboré une résolution de soutien avec l’idée de la faire entériner par le Bureau Exécutif de l’UNESCO, mais comme ce pays n’est pas membre du Bureau, la Chine a indiqué qu’elle fera son affaire de la lui présenter.

YN

Page WEB du MOST
Page WEB du CIPSH
Page WEB de la Conférence mondiale des humanités 2017