Programme Hydrologique International – 20 septembre 2017



Réunion du 20 septembre 2017 au Siège de l’UNESCO

Mots clés :
Eau, hydrologie, Objectifs de Développement Durable (ODD), et plus fondamentalement : coopération internationale pour la prévention des risques majeurs que peuvent générer l’eau, la pauvreté, la désertification, les conflits…

RÉSUMÉ (Document UNESCO)
Le Programme Hydrologique International (PHI) est le seul programme intergouvernemental du système des Nations-Unies consacré à la recherche dans le domaine de l’eau, à la gestion des ressources en eau, ainsi qu’à l’éducation et au renforcement des capacités. Ce programme, adapté aux besoins des États-Membres, est mis en œuvre par phases de six ans, ce qui lui permet d’évoluer en fonction des nécessités d’un monde en pleine mutation. Le PHI de l’UNESCO fondé en 1975 et mis en œuvre par séquences programmatiques ou phases de six ans, entre dans sa huitième phase (PHI-VIII) pendant la période 2014-2021.

CONTEXTE
2,6 milliards de personnes ont eu accès à des sources améliorées d’eau potable depuis 1990, mais 663 millions de personnes en sont encore privées.
Au moins 1,8 milliard de personnes dans le monde utilisent une source d’eau potable qui est contaminée par des matières fécales.
Entre 1990 et 2015, la proportion de la population mondiale utilisant une source d’eau potable améliorée a augmenté de 76% à 91%.
Cependant, la pénurie d’eau affecte plus de 40% de la population mondiale et devrait augmenter. Plus de 1,7 milliard de personnes vivent actuellement dans des bassins fluviaux où l’utilisation de l’eau est supérieure à la quantité disponible.
2,4 milliards de personnes manquent d’installations sanitaires de base, tels que des toilettes ou de latrines.
Plus de 80% des eaux usées résultant des activités humaines sont déversées dans les rivières ou la mer sans aucune dépollution.
Chaque jour, 1 000 enfants meurent de maladies faciles à prévenir en améliorant les conditions d’assainissement et d’hygiène.
L’hydroélectricité est la source d’énergie renouvelable la plus importante et la plus utilisée. Depuis 2011, elle représentait 16% de la production totale d’électricité dans le monde.
Environ 70% de toute l’eau prélevée dans les rivières, lacs et aquifères est utilisée pour l’irrigation.
Enfin, les inondations représentent 70% des décès liés à des catastrophes causées par des aléas naturels

OBJECTIFS du PHI-VIII

Six Thèmes ont été retenus et sont à l’étude :

THÈME 1 : CATASTROPHES LIÉES À L’EAU ET CHANGEMENTS HYDROLOGIQUES

Gérer les risques pour s’adapter aux changements mondiaux
Comprendre les interactions couplées des processus naturels et humains
Utiliser les réseaux d’observation locaux et mondiaux de la Terre
Adresser les incertitudes et améliorer leur communication
Améliorer les fondements scientifiques de l’hydrologie et des sciences de l’eau pour se préparer et mieux répondre aux évènements hydrologiques extrêmes

THÈME 2 : LES EAUX SOUTERRAINES DANS UN ENVIRONNEMENT EN ÉVOLUTION

Améliorer la gestion durable des eaux souterraines
Dresser des stratégies pour la gestion de la recharge des aquifères
S’adapter aux impacts du changement climatique sur les aquifères
Promouvoir la protection de la qualité des eaux souterraines
Promouvoir la gestion des aquifères transfrontaliers.

THÈME 3 : S’ADRESSER AUX PÉNURIES EN EAU ET AMÉLIORER SA QUALITÉ

Améliorer la gouvernance, la planification, la gestion, l’allocation et l’utilisation efficace des ressources en eau
Faire face à̀ la pénurie actuelle des ressources hydriques et développer la prévoyance en s’efforçant d’éviter les évènements indésirables
Promouvoir des outils de sensibilisation favorisant la conscience et la participation des acteurs concernés et la résolution des conflits
Traiter les problèmes de la qualité de l’eau et de sa pollution dans le cadre de la gestion intégrée des ressources en eau (GIRE) en améliorant les capacités humaines, institutionnelles, politiques et juridiques
Promouvoir des outils innovateurs visant à sécuriser les ressources en eau et à contrôler leur pollution

THÈME 4 : L’EAU ET LES ÉTABLISSEMENTS HUMAINS DU FUTUR

Approches et technologies transformatrices
Changements systémiques pour des approches de gestion intégrée
Institutions et initiatives pour l’enrichissement et l’intégration
De nouvelles opportunités dans les villes émergentes des pays en développement
Développement intégré des établissements humains ruraux

THÈME 5 : L’ÉCOHYDROLOGIE – CONCEVOIR L’HARMONIE POUR UN MONDE DURABLE

Dimension hydrologique d’un bassin – identification de menaces éventuelles et des opportunités pour le développement durable
Façonner la structure écologique de bassins pour améliorer leur potentiel écosystémique, leur productivité biologique et leur biodiversité
Solutions axées sur les systèmes écohydrologiques et ingénierie écologique pour l’amélioration de la résilience de l’eau et des écosystèmes, et les services écosystémiques
Écohydrologie urbaine – purification et rétention des eaux de pluie en milieu urbain, potentiel pour l’amélioration de la santé et de la qualité de vie
Régulation écohydrologique action de maintenir et restaurer les connectivités entre les écosystèmes continentaux et côtiers et leur fonctionnement

THÈME 6 : L’ÉDUCATION RELATIVE À L’EAU, CLÉ À LA SÉCURITÉ HYDRIQUE

Améliorer l’éducation tertiaire et les capacités professionnelles dans le secteur de l’eau
Organiser l’enseignement et la formation des techniciens de l’eau
Éduquer les enfants et la jeunesse pour améliorer leurs connaissances sur l’eau
Sensibiliser aux problèmes lies à l’eau par l’éducation informelle
Assurer l’éducation pour la coopération et la gouvernance dans le domaine des eaux transfrontalière

OBJECTIFS DE LA RÉUNION
Informer les États-Membres

— § —

Les conclusions d’un rapport très récent du PNUD sur l’Afrique montrent que la dégradation des terres et les pertes d’emploi associées mènent très souvent à l’extrémisme.
La gestion de l’eau est souvent la principale source des conflits autour du monde.
Travailler sur l’eau est une question de survie pour des milliards d’individus.
Aujourd’hui les sujets liés a l’Eau sont abordés au plan international par 3 entités :

  • Programme Hydrologique International (PHI) de l’UNESCO qui nous réunit aujourd’hui œuvre depuis 42 ans,
  • WMO (World Meteorological Organisation) et la Commission Hydrologique
    Les panels d’experts.


    En ce qui concerne l’UNESCO, l’Objectif de Développement Durable (ODD) numéro 6 de l’Agenda 2030 du Développement Durable a trait à l’Eau : garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et assurer une gestion durable des ressources en eau.
    Parmi les 17 Objectifs, les ODDs 7 (Accès à de l’énergie propre) et 15 (la Vie sur Terre) sont interconnectés à l’ODD 6. Il est essentiel que la responsabilité de l’application de ces ODD revienne aux États-Membres. Afin de réduire la fragmentation de l’action, une coordination constante entre eux est essentielle. Elle est assurée par l’UNESCO.
    Le réseau Eau de l’UNESCO est le plus important de tous.Il est animé par 4 hydrologues qui veillent à la coordination de leurs actions avec les autres activités de l’UNESCO telles que « eau et éthique », « Éducation », et les questions ayant trait aux « aquifères côtiers », ou à la « gestion des risques », la « prévention des désastres »… Dans ce cadre, ont été élaborées des boites à outils sous forme par exemple de recommandations de développement pour les Grande Villes (Megacities) ou sur les Services Globaux. Sont aussi préconisées les collaborations Sud – Sud. A l’appui de ces initiatives, la majorité des États-Membres mettent à disposition un correspondant PHI local.
    Environ 140 pays partagent leurs ressources en eau avec leurs voisins. Une gestion équilibrée de la ressource est alors essentielle pour garantir le maintien de la paix entre pays frontaliers. Le PHI peut jouer un rôle très utile en la matière.
    Pour la période 2012- 2020, le PHI bénéficie d’un financement extra-budgétaire ( ?) de 43 Millions US$. Les principaux financiers sont l’Europe (22%), le Brésil (19%), l’Italie (10%). A noter que la Corée va devenir un financier important.

Le rapport annuel WWAP (World Water Asessment Programme) d’activité du PHI est publié chaque année. La partie scientifique du PHI est le point fort de l’UNESCO. Elle est menée à bien en Italie.
Lors de sa dernière Assemblée générale, l’ONU a traité le 19 Septembre 2017 de la question de la mise en œuvre de la décennie de l’eau (2018 – 2028 ). Certains pays (Finlande, France, Allemagne, Hongrie, Hollande, Suisse…) ont proposé que soit créée une nouvelle entité intergouvernementale sur l’eau.

Une Nouvelle Architecture Mondiale (New Global Architecture NGA) pour l’eau au niveau ONU a été préparée pour les résolutions de 2018.
Peu d’informations ont été communiquées à ce sujet. De prochaines réunions apporteront des éléments plus précis. Il y aura sans doute à clarifier les rôles entre PHI (UNESCO) et NGA (ONU) qui pourraient se faire concurrence, pour obtenir la plus grande efficacité.
Quoiqu’il en soit, tous les États-membre qui ont pris la parole lors de cette réunion ont souligné l’importance du PHI et de son maintien.