Jean Larnaud, Fondateur du CCIC

jean-larnaudNé en 1927, à Paris, Jean Larnaud s’engage dès le fin de la Seconde Guerre mondiale à la fois dans le scoutisme et dans le

service de l’universalité de l’église aux côtés de Monseigneur Rupp qui créa avec lui le Comité Catholique International de Coordination auprès de l’UNESCO afin de permettre à l’Eglise et aux catholiques de mieux suivre les travaux de l’UNESCO.

Dans ce cadre, il participa au lancement et à l’orientation de la Conférence des Organisations Catholiques Internationales (OIC devenue CINGOs). Entretenant des rapports privilégiés avec le Nonce Apostolique, Monseigneur Roncalli, qui, devenu le Pape Jean XXIII pensa tout naturellement à lui comme auditeur laïc lors de Concile Vatican II. A ce titre il participa activement aux groupes de travail mis en place par le Pape Paul VI. Il se lia d’amitié avec Karol Wojtyla qu’il avait déjà rencontré à Paris. Les liens d’estime qu’il avait noués avec les personnalités dirigeantes de l’UNESCO et son action remarquée au sein de cet organisme lui valurent la remise en 1997, par Frederico Mayor, de la médaille de l’UNESCO.

Décédé en novembre 2004, il a reçu l’hommage des tous ceux qui avaient suivi l’existence du CCIC, dont Monseigneur Hardy, ancien conseiller ecclésiastique du Centre, qui a pu dire : « Le Pape est vivement reconnaissant au CCIC pour ses activités au service de la rencontre entre les organisations catholiques internationales et le monde de l’éducation, de la science et de la culture, au sein de l’UNESCO ».

Il invite le CCIC à regarder vers l’avenir avec confiance, considérant notamment que la place des laïcs catholiques engagés dans les organismes internationaux est d’une grande importance, à cause des questions que se pose l’homme aujourd’hui dans des sociétés en rapide évolution. Dans le respect des convictions qui s’expriment en ces enceintes internationales, il revient aussi à ces laïcs de témoigner de la pensée de l’Eglise sur l’homme, ainsi que sur le sens de son existence et de sa destinée.