Journée Internationale du Vivre Ensemble en Paix – Première célébration

Première Célébration de la Journée Internationale
du Vivre Ensemble en Paix le 16 mai, à l’UNESCO


Cette première Célébration de la Journée du « Vivre Ensemble en Paix » du 16 mai, décidée par l’ONU entrait en vigueur en 2018.

Cette cérémonie, qui se tenait à l’UNESCO, en présence de la directrice Générale, Madame Audrey Azoulay, était organisée par le Cheikh Khaled Bentounes et par les Scouts Musulmans de France, avec le patronage de l’Algérie et en présence de son ambassadeur à l’UNESCO Abdelkader Mesdoua.

La directrice Générale a salué cette magnifique initiative de l’Algérie, en faveur du lancement d’une journée internationale du vivre ensemble en Paix, voici trois ans et qui a abouti à cette décision de l’ONU. Elle vient de recevoir le ministre des A.E. d’Algérie. L’enjeu auquel l’UNESCO apporte son concours, est de faire prendre conscience, notamment auprès des plus jeunes du monde entier, que la Paix dans le respect des différences et le dialogue, cela s’apprend.

L’ambassadeur d’Algérie, Abelkader Mesdoua , s’exprimant en arabe, donne lecture du message du Président de la République algérienne, Abdelaziz Boutéflika, dont chacun appréciera les termes. Il évoque la période noire des 10 ans de terrorisme à laquelle l’Algérie a été confrontée. Elle a dû lutter toute seule, contre les destructions des infrastructures et la barbarie. Cette période s’est terminée avec la « loi Boutéflika » pour une réconciliation nationale.

L’ambassadeur a rappelé que l’Algérie est favorable à toutes les formes d’éducation au dialogue et à l’apprentissage du vivre ensemble, et qu’elle est disposée à faire partager son expérience sur son sol, à l’UNESCO, afin de promouvoir les valeurs de la coexistence et de la Paix.

Le Cheikh Khaled Bentounes, guide spirituel de la confrérie Soufie Alawiyya, s’est exprimé avec passion et en français sur ce projet du vivre ensemble, qui l’a conduit avec l’appui du gouvernement algérien, à plaider ce projet de journée internationale, auprès de l’ONU, voici 3 ans. Et il est heureux de constater que ce 16 mai est aujourd’hui une réalité.

Puis l’ambassadeur d’Algérie lui a décerné la croix de l’ordre du Mérite National Algérien.

Le reste de l’après-midi, durant environ une bonne heure, fut réservé à des présentations de jeunes et d’enfants des écoles, notamment du « 93 », sur leur formation au dialogue, à l’acceptation de l’autre par des animations émouvantes et diverses. Il y avait sur scène des enfants et des jeunes de 4 ans environ jusqu’à 18-19 ans environ.

Il est à noter que les scouts musulmans, organisateurs de qualité de cette journée, s’ils étaient présents dans la salle avec leurs uniformes, n’ont procédé à aucune animation.

Un des scouts responsables était Farid Aït Ouarab, par ailleurs auteur d’une des « Paroles d’Espérance » du recueil du CCIC.

Denis Chaigne