Développer l’éducation religieuse pour promouvoir la stabilité et la paix

Extraits d’une cérémonie à l’UNESCO le 28 septembre 2017 sur le thème :
« Développer l’éducation religieuse pour promouvoir la stabilité et la paix ».


Manifestation parrainée par « The World Fellowship of Buddhists », « Pure Land learning College AMB », « Association of Master CHIN KUNG’S Friends at UNESCO »

– :- :- :- :-

En ce jour du 28 septembre 2017, nous, personnes de bonne volonté venues des cinq continents et attachés à la préservation des traditions, nous sommes réunies en ce lieu, au siège de l’UNESCO à Paris. Nous avons mené les rites de purification de cette tribune cérémonielle et disposé de riches offrandes pour rendre respectueusement hommage aux ancêtres de tous les peuples de la terre.

Nous nous prosternons solennellement et déclarons :

« La Voie du Ciel s’exprime dans le Yin et le Yang ».
La Voie de la Terre s’exprime dans la souplesse et la fermeté.
Le ciel couvre et abrite toutes choses sans partialité ; la terre les porte toutes sans partialité.
Leur croissance dans l’harmonie est source du bonheur.
L’Homme en tant que l’une des Trois Puissances (Ciel-Terre-Homme), se forme en suivant La Voie dont les principes éternels et constants sont la bienveillance, la loyauté, la bienséance et la sagesse.
Le principe est constant, tant dans le temps que dans l’espace ;
Comment les vertus de piété filiale, de respect envers les aînés, de loyauté et de fidélité pourraient-elles perdre de leur pertinence ?
Les enseignements vertueux des sages et des saints sont extraordinaires. Au cœur de la longue nuit, ils servent de phare montrant la voie à la barque de la compassion portant les êtres vivants à travers l’océan des douleurs de l’existence.
Les enseignements sacrés ont également une grande influence sur les animaux. Pour sauver son maître qui était ivre et qui s’est endormi sur une pelouse enflammée par les chasseurs, le chien a couru à plusieurs reprises dans l’eau glacée pour apporter de l’eau permettant d’éteindre le feu. Une autre histoire concerne un cheval. Pour sauver son maître qui est tombé dans une grotte, le cheval s’est agenouillé pour lui tendre la rêne.
Hélas, de nos jours l’homme se détourne de la vertu et de la morale. Ne vaut-il donc pas mieux que les choses et les bêtes ? Comment ne pas en avoir honte ni s’en effrayer ?
Toute cette agitation forcenée n’a pour but que la satisfaction des désirs personnels. Capable de tout pour défendre ses intérêts, l’homme transforme le monde en asile de déments.
Qu’y a-t-il de plus triste que de se comporter comme si l’on vidait l’étang pour attraper le poisson ?
Qu’y a-t-il de plus douloureux que de se battre et se blesser pour un oui ou pour un non ?
Fortune et infortune ne sont ni pré-ordonnées ni distribuées au hasard, mais résultent de nos choix personnels. La pratique des vertus mène à la prospérité, s’en détourner conduit à la mort.
Le bien et le mal empruntent des chemins divergents qu’il faut clairement distinguer. Nous devons en notre époque séparer le bon grain de l’ivraie, éliminer le vice et exalter la vertu.
Seul le sens de la honte nous donnera le courage de nous corriger pour aborder au rivage de l’Éveil. Soyons sérieux et respectueux en tout ce que nous faisons pour être dignes du Ciel.
En ce jour nous présentons en offrande encens et fleurs, en toute sincérité, pour rendre hommage aux ancêtres des peuples du monde entier, et les prions de témoigner de la candeur de nos âmes.
Nous ne demandons que d’abondantes moissons en tous lieu, ne souhaitons que paix, bonheur et longévité pour tous.
Nous souhaitons : Que chaque pays jouisse d’un gouvernement éclairé, Que les familles n’aient pas de fils rebelle, cause de soucis pour ses parents.
Nous souhaitons : Que l’on prenne soin des aînés et que l’on chérisse les enfants, que chacun soit à sa place ; que les femmes se tournent vers la chasteté et que les hommes suivent l’exemple des sages.
Nous souhaitons : que le climat nous soit clément et que les catastrophes nous soient épargnées ; Que les mœurs retrouvent leur pureté et que les vertus rayonnent au loin.
Nous souhaitons : Que sur les cinq continents les guerres s’éteignent à jamais et que la paix règne partout éternellement pour que tous puissent coexister dans la prospérité.
Nous souhaitons : Que le monde entier ne soit qu’une famille au sein de laquelle tous les peuples s’aimeraient, et que chacun aime autrui comme il s’aime soi-même pour construire ensemble le paradis sur terre.
Aussi prions-nous sincèrement et nous prosternons-nous jusqu’à terre et demandons-nous à tous les ancêtres de bien vouloir accepter ce sacrifice.

(extraits des Textes pour la cérémonie de sacrifice aux ancêtres du monde entier, 2017)