IRAK : Faire revivre l’esprit de Mossoul – vision et stratégie


Conférence du 10 septembre 2018
à l’UNESCO


La conférence a pour objectif de mobiliser la communauté internationale sur la reconstruction et le relèvement de Mossoul, faire le point sur la situation actuelle sur le terrain, annoncer la création du Fonds spécial contribuant à faire revivre l’esprit de Mossoul et de présenter une liste des projets majeurs qui contribueront à la réhabilitation des sites du patrimoine culturel de Mossoul ainsi qu’à la revitalisation de sa vie culturelle et de ses institutions.
Nombreux chantiers engagés pour reconstruire cette ville sinistrée, puissant soutien de la communauté internationale pour réparer d’immenses dommages, plus encore que les sites et monuments à restaurer, les efforts doivent aussi et surtout porter sur les chantiers de l’éducation et prioritairement sur l’École. C’est à ce prix que la paix pourra être retrouvée dans les esprits.


La conférence a été ouverte par Madame Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO.
Mossoul a été libéré le 10 juillet 2017 après 3 années d’occupation et une crise humanitaire sans précédent. Cette conférence internationale s’inscrit dans le cadre de l’initiative « Faire revivre l’Esprit de Mossoul » lancée en février 2018 par la Directrice générale de l’UNESCO pour mettre en valeur la reconstruction du tissu éducatif et le soutien de la vie culturelle.

Monsieur Fryad Hassan Rawandouzi, Ministre de la culture de la République d’Iraq.
L’Iraq est le berceau de la civilisation assyrienne. Les immenses dégâts intervenus sur Mossoul portent sur 2000 sites archéologiques. 5000 bâtiments archéologiques ont été rasés.
Les priorités concernent :

  • les sites archéologiques ;
  • le patrimoine religieux ;
  • les bâtiments historiques et urbains ;
  • les musées ;
  • les manuscrits historiques.

Le Ministre a remercié les Émirats Arabes Unis de leur précieuse aide financière.


Faire revivre l’esprit de Mossoul : vision et stratégie

[ Voir des photos de la conférence sur le site de Flickr ]

Monsieur Ernesto Ottone R. Assistant du Directeur général pour la culture de l’UNESCO
La reconstruction de Mossoul s’appuie sur l’engagement des administrations, de la société civile, des Iraquiens pour la reconstruction d’une identité plurielle. Les actions sont dirigées vers et pour la jeunesse.

Madame Stefania Giannini, Assistante du Directeur général pour l’éducation de l’UNESCO
L’éducation est un facteur qui renforce la paix. L’UNESCO coordonne les applications de cet objectif. 90 % des écoles en Iraq ont été détruites par Daesh. Il est important que les communautés de jeunes s’investissent dans cette priorité. Il s’agit de prévenir la violence et l’extrémisme par le biais de l’éducation.
A côté des écoles, il y a le projet de « re-développer » la bibliothèque de Mossoul où 10 000 manuscrits ont été récupérés. Mais c’est très peu. Il s’agit de la reconstruction physique du bâtiment, mais aussi bien sûr la reconstruction du point de vue culturel. Et pour cela la participation des meilleurs spécialistes du monde intervient.


Rôle du fond pour la reconstruction et la réhabilitation de Mossoul

Monsieur Mustafa Mohamed Ali Al-Hiti, Président du Fond pour la reconstruction des territoires libérés d’Iraq, Premier Ministre de la République d’Iraq.
La restauration de l’université de Mossoul a commencé par la reconstruction des bâtiments. L’idéologie destructrice de Daech avait pour but d’instaurer l’ignorance dans la société.
Il s’agit aujourd’hui de renouveler les liens humains, de relancer l’économie, de la reconstruction physique et matérielle des infrastructures publiques et privées.
Ces derniers travaux supposent d’abord un travail de déminage. A Mossoul on estime qu’encore 9 km2 sont hautement contaminés par des mines et explosifs.


Présentation de la situation à Ninive,
réhabilitation de la mosquée Al Nuri et du Minaret Hadba

Monsieur Abd Alltef Hmeim Mohammed, responsable des dotations de la République d’Iraq

A Ninive, on intervient dans une ville qui a été durement frappée, avec 18 000 victimes des violences, dont près de 4000 femmes violées. Aujourd’hui, toutes les administrations fonctionnent : les sites archéologiques, les religions chrétiennes, juives et musulmanes qui constituent un patrimoine très riche. Les réseaux sont remis en service. Plus de 73 ponts ont été détruits, 14 sont reconstruits. Des initiatives populaires interviennent sur des immeubles menacés d’effondrement (500 maisons).

Madame Noura bint Mohammed Al Kaabi, Ministre de la culture et du développement des connaissances des Émirats Arabes Unis.
Les Émirats Arabes Unis soutiennent financièrement la réhabilitation de la mosquée Al Nuri avec un partenariat, notamment des jeunes. Ce projet a une portée symbolique mais aussi économique par la création d’emplois et l’investissement dans le domaine touristique.


Plan du relèvement et de la réhabilitation

Cette table ronde a été animée par monsieur Fryad Hassan Rawandouzi, Ministre de la culture de la République d’Iraq et par monsieur Ernesto Ottone R. de l’UNESCO.

Monsieur Qais Hussein Rashed Al-Magases, Vice-Ministre de la culture pour le tourisme et les antiquités de la République d’Iraq
Mossoul est important tant par son histoire que comme centre commercial et religieux. La province de Ninive a été la plus sévèrement touchée par les destructions. Mossoul comprenait près de 90 % des archives de la province de Ninive.
Plus de 5500 bâtiments ont été détruits : 108 mosquées, 15 mausolées, 19 églises, 1 temple juif, et plus…
Les livres et manuscrits de la bibliothèque du musée de Mossoul ont subi de grands dommages.

Monsieur Muzahm Al-Khyatt, Président de l’université de Ninive et directeur du groupe consultatif de la reconstruction de la province de Ninive
A la libération de Mossoul, 3 actions s’imposaient :

  • la reconstruction des sites du patrimoine ;
  • une action éducative ;
  • faire revivre Mossoul.

Près de 100 000 personnes ont été déplacés. Les jeunes ont été « endoctrinés », le patrimoine a été détruit.

Père Najeeb Michaeel O.P. Directeur du Centre Numérique et de recherches sur les manuscrits orientaux
Mossoul est sur la route de la soie. Ce fut, depuis longtemps, un centre, un carrefour. Aujourd’hui, il ne reste que 20 % de chrétiens en Iraq. Avant de rebâtir les pierres, il faut reconstruire les esprits. Daech a endoctriné plus de 30 000 enfants.
Les religions doivent savoir se parler.

Madame Marta Rurdas, représentante du secrétariat général, bureau coordonnateur résident et humanitaire en Iraq – ONU
Il convient de reconstruire en tenant compte du lieu et du présent, du rassemblement des communautés, rétablir une usine de canalisation d’eau potable, rétablir un réseau d’électricité…

Madame Raffaella Lodice Unité principale du Moyen Orient/Golf, de l’Asie Centrale, et du Sud – Direction du développement et coopération internationale de la commission européenne
L’Europe travaille en étroite liaison avec le gouvernement Iraquien. Les mines constituent un réel danger et les travaux de déminage imposent d’importantes ressources financières.


Plan de renaissance du système éducatif

Cette table ronde a été animée par Hamid Ahmed Conseiller au Bureau du Premier Ministre de la République d’Iraq et par Stefania Giannini, UNESCO.

Monsieur Hamid Ahmed
Pour commencer la résurrection de Mossoul mais aussi de l’Iraq, il convient d’intervenir d’abord sur l’éducation. C’est un objectif en tant que tel mais aussi un moyen pour atteindre les autres. Aujourd’hui, il ne suffit pas d’avoir vaincu Daech, nous devons aussi supprimer les racines idéologiques par l’éducation, avoir des mesures de prévention pour contrecarrer les effets des plans de Daech.

Monsieur Muhsin Afurajy, du Ministère des Hautes études et de la recherche de la République d’Iraq
L’objectif de l’éducation est de « construire » les citoyens dans l’esprit de ce qui se fait dans les pays développés. C’est ce qu’avait compris et combattu Daech en prenant les universités pour cibles.
Le parcours de la « reconstruction » des étudiants a été repensé avec l’aide d’un comité d’experts appelé à moderniser le curriculum des sciences humaines mais aussi islamiques pour la formation des imams.

Monsieur Karim Al-Waeli, Secrétaire général à la commission pour l’UNESCO au Ministère de l’Education
50 enfants endoctrinés par Daech ont été mis en observation pour mieux comprendre ces cas critiques en étudiant leurs comportements déviants.

Monsieur Mohammed Jasim Al-Hajiahmed, Directeur de la bibliothèque de l’université de Mossoul
La bibliothèque est un élément central à l’université de Mossoul. Ce sont les bâtiments de l’université qui entourent la bibliothèque. Or tout a été détruit, les bâtiments et leur contenu.
Reconstruire la bibliothèque c’est reconstruire un lieu de vie culturelle et intellectuelle. Le projet est de numériser les livres.

Madame Yasmine Sherif, Directrice de « Education Cannot Wait »
Cet organisme a été créé par les britanniques avec pour objectif d’aider à restaurer les fondements de l’éducation après une crise. L’éducation ne doit pas rester un parent pauvre : c’est ce qui forge l’esprit humain.
« Nous travaillons avec l’UNESCO pour créer une passerelle entre l’aide humanitaire et l’éducation. »

En conclusion de cette journée on a insisté sur le rôle primordial de l’éducation qu’il faut développer tout particulièrement en direction des jeunes pour réparer les dégâts que Daech leur a infligés.
Au regard des dangers qu’il représente, l’autre grand chantier de réhabilitation — déminage de très nombreux sites encore « en risque » — nécessite une gestion bien coordonnée.

[ Voir des photos de la conférence sur le site de Flickr ]