En ouverture, le CCIC a sollicité le témoignage du Père Kabugé, Salésien représentant à l’UNESCO l’Union mondiale
des enseignants chrétiens (UMEC), dont l’action avant et pendant la pandémie ont été salués et font l’objet d’une
candidature au prix UNESCO pour la recherche de la Paix (Prix Félix Houphouët-Boigny). Il a décrit son parcours de
prêtre missionnaire dans différents pays d’Afrique de l’Ouest, en insistant sur l’importance de l’éducation des jeunes
pour qu’ils deviennent des personnes responsables et s’éveillent à la Foi. Le charisme salésien est fondé sur « une
Maison qui accueille et est une famille où on se sent chez soi ; une Ecole où on forme à la vie ; une Eglise où on
éduque à la Foi ; une Cour de récréation où on crée l’amitié, la proximité et la fraternité ». Dans cette mission
d’éducateur chrétien, il faut vivre l’ouverture aux autres, avoir un regard d’altérité face aux autres religions.

L’Assemblée générale du CCIC :
Le CCIC, sa mission chrétienne, humaniste et d’Eglise au sein de l’UNESCO
Le Forum « Métamorphose du monde, jusqu’où l’Homme peut-il changer l’humain ? Quelle boussole pour
l’éducation ? » a été l’événement majeur de l’année 2021. Il a été le fruit d’un intense travail collaboratif des
membres du CCIC et de vingt experts invités. Ceci a permis des regards croisés sur les enjeux des avancées
technologiques pour la personne humaine et la société. Une boussole a été élaborée. En son centre, l’éveil de la
conscience. Les Actes de ce Forum sont parus au printemps cette année.
Le CCIC a capitalisé sur le succès du Forum en établissant notamment des contacts étroits avec la Commission
Nationale Française pour l’UNESCO (CNFU) en vue de projets sur l’éducation à l’éthique de l’Intelligence Artificielle.

Le CCIC, en 2022, s’engage à renforcer ses missions en s’appuyant sur des contributions chrétiennes, humanistes,
philosophiques et éthiques mais aussi, bien sûr, sur les expériences de terrain des ONG de sa plateforme investies
dans les cinq continents. De ceci découlent des projets concrets. Outre celui avec la CNFU, la formation d’une
pédagogie de la fraternité en développant une meilleure connaissance dans les écoles des autres religions, une veille
sur les questions de bioéthique, un suivi soutenu de l’agenda « Education sexuelle globale » comme rappel de la
responsabilité éducative des parents sont envisagés, sans cesser de suivre les collaborations déjà engagées :
Programme de participation de l’UNESCO, Futurs de l’éducation, GEM report (20ème anniversaire), CIONG et Comité
de Liaison, Conférence générale, coopération avec des Etats membres et Secteurs pour des projets à l’instar de celui
de formation d’hydrologues pour l’Afrique.
Ceci nécessite une bonne animation de la plateforme afin de permettre aux ONG de pouvoir travailler ensemble sur
l’ensemble de ces projets et d’autres qui leur sont propres.

La situation financière du CCIC est précaire, les dons et cotisations étant en très nette diminution. Ceci oblige à contraindre les dépenses le plus possible et activer ou réactiver l’élan de donateurs…

Une évolution de la gouvernance du CCIC se dessine. Le conseil d’administration se renouvelle en partie :  L’assemblée élit un nouvel administrateur, le Père Albert Kabuge, représentant de l’UMEC à l’UNESCO, et renouvelle Marc Toillier (UNIAPAC) pour un troisième mandat. Françoise Meauzé (FAFCE) et Dominique de Talencé (MIAMSI et Crescendo) ont achevé leurs trois mandats, Maryvonne Kayser(UMOFC) démissionne pour raisons familiales. Le CCIC leur exprime sa reconnaissance pour ces années de dévouement, de service , de courage et persévérance. 

Le président S.de la Fouchardière  démissionne, ne pouvant s’engager autant qu’il le faudrait. Isabelle Chaperon, représentante auprès de l’UNESCO de l’Association Internationale des Charités, jusqu’ici vice-présidente du CCIC accepte de lui succéder pour assumer la présidence tout en poursuivant la recherche de nouveaux administrateurs et l’émergence d’une nouvelle candidature à la présidence, celle d’une personne en capacité de s’engager pleinement et de susciter une collaboration active de tous les membres du CCIC. 

Elle clôt la lecture des « perspectives du CCIC » par ces mots : « Rien de cela ne se fera sans une implication dans la durée et une collaboration active de tous les membres. »

Le Conseil d’administration s’est réuni à l’issue de l’assemblée pour procéder à l’élection du bureau, ainsi constitué:

  • Présidente : Isabelle Chaperon (AIC)
  • Vice-Président : Marc Toillier (UNIAPAC)
  • Secrétaire : Dominique Lemau de Talancé (MIAMSI-Crescendo)
  • Trésorière : Carol Jardin
  • Responsable « veille UNESCO » : Yves Nachbaur

Les autres administrateurs sont : Albert Kabuge (UMEC), Roseline Moreau (OIEC), Nadine Boddaert ( Institution Thérésienne), Didier Coulomb  (FAFCE), Edith Chauveau, (ACISJF),  Marie-Christine Lattes.